L'Oeil du Spectateur - Les Cahiers de La Licorne - Université de Poitiers http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare Créé en 2008, L’Œil du spectateur a été conçu comme supplément aux Cahiers Shakespeare en devenir pour accueillir des comptes rendus de mises en scène et de spectacles vivants, des entretiens et témoignages artistiques, des archives de créations originales liés à l’œuvre de Shakespeare et à ses multiples réinterprétations et transpositions. L’Œil du spectateur comporte actuellement trois rubriques : mise en scène des pièces de Shakespeare, mise en scène des réécritures des pièces de Shakespeare, espace libre autour de Shakespeare. fr Lodel 0.9 Périclès, Prince de Tyr au bistouri de Declan Donnellan, ou quand la psyché investit l’espace théâtral (N°10 - Saison 2017-2018) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1188 Estelle Rivier-Arnaud Christophe Grégoire (Périclès). © Théâtre des Gémeaux Une pièce ambitieuse Périclès, Prince de Tyr, œuvre écrite entre 1607 et 1608, est une romance dite « tardive » que Shakespeare écrivit probablement avec un collaborateur, George Wilkins. Son intrigue est demeurée relativement méconnue en France où elle a été peu mise en scène. Elle fut jouée à la Comédie-Française en 1974 sous la direction de Terry Hands, autre grand nom de la scène britannique. Elle le fut également en 1994 dans une mise en scène de Phyllida Lloyd à l’Odéon. L’hiver dernier, Paul Golub montait un projet ambitieux en dirigeant les jeunes académiciens au Théâtre de l’Union à Limoges1. Ambitieux, en effet, car l’intention de Shakespeare, qui est celle « d’égayer [nos] oreilles et donner plaisir à [nos] yeux » (« To glad your ears and please your eyes », prologue, l.6), n’est pas aisée à satisfaire tant l’œuvre est touffue. On y compte de multiples lieux et strates temporelles, des liens de parenté complexes, un inceste, des tempêtes et des naufrages, l’errance et la perte, la désespérance et la joie, mais aussi des combats de chevaliers, des chants et des danses. Rappelons brièvement l’intrigue : le roi Antiochus promet sa fille (dont il est lui-même l’amant) au chevalier qui saura résoudre l’énigme de son identité. Si le prétendant échoue, il sera aussitôt exécuté. Nombreux le sont avant que Périclès ne décèle la vérité. Sa victoire a cependant un goût amer car elle révèle la relation incestueuse consenti... 2018-04-27T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1188 Le Richard III d’Ostermeier : Apogée de la décadence (N°10 - Saison 2017-2018) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1185 Dominique Biot La pièce s’ouvre sur des festivités à la cour d’Henry VI : les fêtards, en smokings débraillés, se hèlent, font sauter les bouchons de champagne sous une pluie de cotillons dorés, au son d’une musique rythmée dont le volume traduit les excès et l’abrutissement d’une cour en perdition. Richard, lui, déplore ce pouvoir oublieux qui court à sa perte, et ourdit son ascension. Il marche sans grâce, voûté, dans une tenue qui détone avec le chic festif des autres personnages : T-shirt blanc, pantalon mal ajusté, chaussures épaisses. Il porte autour de la tête une sorte de bandeau de cuir qui fait penser à une camisole – contenant le peu d’humanité du personnage, lui permettant de faire bonne figure le temps nécessaire à son irrésistible ascension. À moins que ce ne soit un casque de rugby, ou de boxe, figurant l’imminence du combat.Le cirque industriel de la mise à mortLe combat aura lieu dans un décor d’arènes ; la scène, semi-circulaire et recouverte de sable, convoque par association des images de gladiateurs et de toréadors. Cette scène s’avance dans la salle à laquelle une passerelle donne accès. Il n’y a plus de quatrième mur. Cette disposition, rappelant la structure des théâtres élisabéthains, crée une grande proximité entre les comédiens et les spectateurs, et rend le personnage de Richard très intrusif, d’autant plus que, dans ses monologues, sa voix est amplifiée : l’effet est cauchemardesque, Richard est là, tout près de nous, il susurre à notre oreille le plaisir de la... 2018-03-02T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1185 La Tempête, pièce en cinq actes de William Shakespeare (N°10 - Saison 2017-2018) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1186 Isabelle Schwartz-Gastine Mise en scène Robert CarsenTexte français : Jean-Claude CarrièreScénographie : Radu BuruzescuCostumes : Petra ReinhardtLumières : Robert Carsen et Peter Van PraetVidéo : Will DukeSon : Léonard FrançonDramaturgie : Ian BurtonCollaboration à la mise en scène : Christophe GayralAssistanat à la scénographie : Philippine OrdinaireAvec :Thierry Hancisse, Alonso, roi de NaplesJérôme Pouly, Stéphano, majordome ivrogneMichel Vuillermoz, Prospero, duc légitime de MilanElsa Lepoivre, Iris, Cerès, Junon, déessesLoïc Corbery, Ferdinand, fils du roi de NaplesSerge Bagsassarian, Antonio, duc usurpateur de Milan, frère de ProsperoHervé Pierre, Trinculo, bouffonGilles David, Gonzalo vieux conseiller honnêteStéphane Varupenne, Caliban Sauvage asservi par ProsperoGeorgia Scalliet, Miranda fille de ProsperoBenjamin Lavernhe*, Sebastian frère d’AlonsoNoam Morgensztern*, Sebastian frère d’AlonsoChristophe Montenez, Ariel esprit des airsEt les comédiens de l’académie de la Comédie-Française, Matthieu Astre, Robin Goupil, Alexandre Schoderet, gentilshommes1*en alternancePour sa première mise en scène à la Comédie-Française, le metteur en scène canadien Robert Carsen a choisi la dernière pièce du corpus shakespearien, La Tempête, tragi-comédie qui n’avait pas été montée rue de Richelieu depuis la version à la « profusion fantasmagorique2 » de Daniel Mesguich en 1998. Alors, la carcasse d’un navire débordait du cadre scénique, la tempête faisait rage dans les huniers, les marins s’évertuaient à rester... 2018-03-02T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1186 Couverture (N°10 - Saison 2017-2018) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1084 Jean-Marc Brugeilles 2017-09-11T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1084 Shakespeare digital sur la scène du Barbican (N°10 - Saison 2017-2018) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1085 Estelle Rivier Simon Russell Beale (Prospero)Topher McGrillis © RSCCe qui fait de La Tempête l’une des pièces les plus spectaculaires de Shakespeare, c’est, on le sait, la scène d’ouverture. Chaque fois que l’on attend fébrilement dans la salle l’entrée en scène des matelots à la dérive, on espère ne pas être déçu par l’illusion théâtrale qui devra nous plonger – littéralement – in medias res dans la pièce, d’autant plus que celle-ci doit son nom à cette entrée en matière supposée fracassante. Sur l’immense scène du Barbican, où Gregory Doran et sa troupe de la Royal Shakespeare Company ont établi leurs quartiers d’été (la pièce a été créée à Stratford-upon-Avon en 2016 pour célébrer le quatre-centième anniversaire de la mort de Shakespeare), on distingue dans la pénombre la gigantesque carcasse de la coque d’un bateau, fendue en son centre. Les morceaux, situés à cour et à jardin, dessinent un arc de cercle en bois flotté, sorte de cage béante qui prendra au piège toute forme humaine. Déjà dans le vaste hall d’accueil du Barbican, et en résonance dans la salle de spectacle, on entend un bruit sourd, comme un orage qui se prépare et gronde au lointain. La curiosité est d’autant plus suscitée que l’on sait – c’est une innovation à la RSC – que Gregory Doran s’est associé à Intel et The Imaginarium Studios, pour mêler à son décor concret et ses personnages de chair des images de synthèse. Le spectacle promet d’être novateur et magique. Or, pour cette dernière dimension du moins, n’était-ce pa... 2017-09-11T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1085 Couverture (N°9 - Saison 2016-2017) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1042 Jean-Marc Brugeilles "Le Joyeux Théâtre", huile sur toile, 2007, 92x72, détail 2016-11-09T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=1042 Couverture (N°6 - Saison 2013-2014) http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=646 2013-09-19T00:00:00Z http://09.edel.univ-poitiers.fr/shakespeare/index.php?id=646